Orchestre de chambre Occitania - Direction : Quentin Hindley - Marcel Loeffler & Marie-Andrée Joegger - Soirée Django / Bach / Piazzola

Orchestre de chambre Occitania - Direction : Quentin Hindley - Marcel Loeffler & Marie-Andrée Joegger - Soirée Django / Bach / Piazzola

30 mars 2016 20:30

Eglise Saint Matthieu (XIVe S.) 3 Grand Rue, 68000 Colmar, France

Concert soutenu par la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine

Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine

Orchestre de chambre Occitania

Direction : Quentin Hindley

Marcel Loeffler & Marie-Andrée Joegger, accordéons

Cédric Loeffler & Engé Helmstetter, guitares

Franck Wolf, saxophone

Gilles Coquard, contrebasse

Achetez vos places

D. Reinhardt : What kind of friend / Black Night (Ex-Diminishing) / Troublant Boléro (version orchestrale) / Impromptu / Anouman / Rythm future

M. Loeffler : Fugue tempérée

J.S. Bach : Concerto pour violon en la mineur BWV 1041

A. Piazzolla : Invierno Porteño / Muerte del Angel, extrait de la suite Angel / Imágenes 676 / Fuga y Misterio, extrait de Mariade Buenos Aires / Oblivion, extrait du film « Enrico IV »

J.S. Bach : Concerto pour deux violons en ré mineur BWV 1043


Incontestable tête d’affiche du jazz régional il y a quelques années, l’accordéoniste Marcel Loeffler, qui se produit avec son sextet et l’orchestre de chambre Occitania, a acquis durant la dernière décennie une stature nationale, puis internationale parfaitement méritée. Comme a su le faire avec brio il y a plus de 60 ans son idole Django Reinhardt, il ose s’attaquer à la référence absolue en musique, Johann Sebastian Bach, qu’il associe lors de ce concert à un autre de ses maîtres à penser musical, l’Argentin Astor Piazzolla. Considéré de son vivant comme l’un des compositeurs essentiels d’une époque que l’on dit aujourd’hui « baroque », tombé dans l’oubli durant deux générations jusqu’à sa redécouverte par Félix Mendelssohn-Bartholdy, le Kantor est depuis LA référence absolue pour tous les musiciens, à la fois maître insurpassable, modèle, défricheur, désinhibiteur… Pour les jazzmen, il incarne la révolution tonale, l’invention de sonorités inhabituelles mais également, la liberté d’improvisation, qui est la base même du jazz.

Le Concerto pour deux violons en ré mineur BWV 1043, ainsi que le Concerto pour violon en la mineur BWV 1041 sont des exemples parfaits de ce qu’était/où allait être la musique à la fin de la période baroque, les instruments solistes s’affranchissant de l’ensemble, dialoguant entre eux en toute liberté. Le compositeur a transcrit lui-même la première de ces pièces pour deux clavecins, Django l’a jazzifié au milieu des années 30 et le cinéma n’a pas manqué de l’utiliser, à l’exemple de Woody Allen pour « Hannah et ses sœurs ». Quelques pièces d’Astor Piazzolla et de Django Reinhardt (« Troublant boléro », « Impromptu », « Rythm future »…) complètent à la perfection ce programme.

 

TARIFS

Cat. 1

Plein tarif : 30 €

Tarif réduit : 27 €

Cat. 2

Plein tarif : 20 €

Tarif réduit : 18 €

Tarif jeunes : 15 €


Achetez vos places



Eglise Saint Matthieu (XIVe S.)

3 Grand Rue, 68000 Colmar, France Trouver l'itinéraire

Aller au haut